Résolution adoptée par le 6ème congrès de l’OFICT-CGT du 30 mars au 1er avril 2015

Télecharger la résolution du 6ème congrès

Les ingénieurs, cadres, techniciens et professions administratives vivent, au même titre que les autres personnels, une situation profondément dégradée :

 

  • Spirale des pertes d’effectifs et d’abandons de missions touchant au cœur même de métiers de nombreux corps de nos ministères et établissements publics, dégradant le service rendu aux usagers,
  • Réforme territoriale et de l’Etat, avec la revue des missions et l’austérité tous azimuts, enjeu du tout numérique, lourds de nouvelles mises en cause des garanties collectives et de déstabilisation des services et des personnels,
  • Projets de fusion de corps, de suppression de spécialités, accompagnant de nouveaux abandons de service public et la mise en cause de technicités,
  • Allongement des temps et alourdissement des charges de travail, et difficultés de plus en plus grandes à faire un travail de qualité, atteintes à la santé,
  • Délitement de la notion de service public au profit d’une démarche managériale, calquée sur le privé et d’essence avant tout comptable, et perte progressive du sens du travail,
  • Rétrécissement des marges de manœuvre de l’encadrement sommé dans le même temps de gérer l’austérité budgétaire et le repli du service public,
  • Blocage des salaires, écrasement de la grille de rémunération et smicardisation des débuts de carrière
  • Effacement de la notion même de qualification au profit exclusif de celle de compétence,
  • Individualisation et mise en concurrence des agents de plus en plus poussée notamment dans le cadre du nouveau RIFSEEP,
  • Blocage des promotions et entrave à la mobilité choisie…

 

La liste est longue. La situation est lourde de dangers entraînant replis corporatistes, crainte de l’avenir, tension dans les services ou recherche de boucs-émissaires.

 

Dans le même temps :

 

  • L’attachement au service public reste une valeur largement partagée parmi les collègues qui s’investissent dans leur travail, pour un service public de qualité, rénové, répondant à l’évolution des besoins des citoyens,
  • Nos ministères et établissements publics disposent encore d’un potentiel d’agents compétents, qualifiés, de haute technicité et d’un important réseau d’écoles et de recherche,
  • Nos catégories aspirent à pouvoir jouer un véritable rôle contributif,
  • L’étendue des besoins, l’importance et la complexité des questions posées en matière d’aménagement du territoire (infrastructures, transport, mer, logement, biodiversité, ré-industrialisation…) au plan économique, social, environnemental, l’immense défi des transitions écologique et énergétique, appellent des politiques publiques ambitieuses et efficaces,
  • Le débat sur le besoin d’une maîtrise publique retrouve de la vigueur comme en témoigne celui sur la renationalisation des autoroutes,
  • Les moyens financiers existent si une autre distribution des richesses créées est mise en place par une réforme de la fiscalité et une autre utilisation des crédits.

 

Oui, il est possible d’ouvrir d’autres perspectives, de rompre avec l’austérité et de changer de cap.

 

Construire un syndicalisme utile à nos collègues ingénieurs, cadres et professions techniques et administratives partant de leur vécu au travail, les consulter, bâtir avec eux des revendications spécifiques et engager des actions à cet effet, rechercher des convergences en leur sein et avec les autres catégories de personnel doit constituer le fil rouge de notre démarche.

 

Le 6ème congrès de l’ofict mandate la direction élue pour :

 

  • poursuivre l’action pour la maitrise des temps et charges de travail avec le décompte de toutes les heures de travail, le suivi des temps et charges de travail, un dispositif d’alerte pour prévenir le dépassement des garanties minimales, le droit à la déconnexion, l’évaluation des besoins en emplois supplémentaires, le paiement ou la récupération des heures supplémentaire avec l’objectif d’obtenir une réduction effective des charges de travail pour mieux travailler et préserver sa santé, un plan concerté pluriannuel de recrutements,
  • œuvrer à la recherche de convergences revendicatives des catégories techniciennes et plus largement de toute la catégorie B pour la réouverture du dossier de cette catégorie et obtenir un plan substantiel pluriannuel de requalifications de C en B et de B en A,
  • agir pour une revalorisation des corps de catégorie A,
  • développer des expressions et initiatives en direction de l’encadrement, notamment autour des questions de management,
  • élaborer des propositions concrètes pour progresser vers l’égalité professionnelle femmes – hommes dans la carrière comme face à la retraite, en prenant appui sur la charte ministérielle,
  • mener une campagne revendicative autour de la reconnaissance des qualifications dans le salaire et de véritables perspectives de carrière pour chacun-e dans un cadre de garanties collectives : promotion, formation, mobilité…
  • faire respecter partout la liberté syndicale de l’encadrement et agir pour le droit d’alerte et d’expression professionnelle.
  • Organiser des journées d’étude sur des thèmes précis. 

Le 6ème congrès de l’ofict mandate la direction élue pour :

 

  • ancrer l’activité spécifique dans les services en développant un réseau de référent-e-s en particulier dans les unions fédérales, intégré-e-s aux bases syndicales et en coopération avec les différents syndicats de la fédération,
  • mettre en œuvre dans la durée un plan de syndicalisation des ICT, avec des matériels spécifiques, des objectifs précis, une action ciblée en direction des écoles du ministère et des jeunes qui arrivent dans les services, la mise au point d’un livret d’accueil.
  • outiller les référent-e-s et l’ensemble des militant-e-s en développant une compétence en matière catégorielle et de veille statutaire, en recherchant les moyens de répondre aux besoins en matière juridique, en mettant en œuvre un programme de formation syndicale spécifique, en développant le site de l’ofict et notre communication plus généralement, en s’appuyant sur des coopérations syndicales UGICT, UGFF, UFICT SERVICES PUBLICS, SYAC-CGT…,
  • Impulser avec la fédération l’affiliation des organisations non encore affiliées à l’UGICT et à l’OFICT.

 

La commission exécutive concrétisera ses engagements dans un plan de travail au cours de ses premières réunions.

Le 6ème congrès de l’OFICT appelle les ingénieurs, cadres, techniciens et professions administratives à se mobiliser :

  • en participant à la journée de grève et de manifestation unitaire du 9 avril pour :
    • L’amélioration des conditions de travail et la reconnaissance professionnelle par la revalorisation des carrières et des salaires
    • La reconquête et le développement des missions de service public
    • Pour faire reculer le gouvernement sur la loi Macron et exiger une rupture avec les politiques d’austérité qui nous mènent dans le mur
  • Dans le cadre de la journée fonction publique pénibilité et service actif du 6 mai,
  • A la journée d’action des retraités de la fonction publique d’Etat le 04 juin,
  • A contribuer à la réussite du rassemblement national de l’UGICT pour un déploiement de la CGT parmi les ICT le 17 juin à la Défense.

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.